W.A.N.D. Academy Index du Forum
W.A.N.D. Academy Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Beodard Brasus ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    W.A.N.D. Academy Index du Forum -> Enceintes intérieures de Wand -> Sanctuaire de l'Oracle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Beodard Brasus
Professeurs

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2014
Messages: 13
Race: Sorcier
Professeur
Points personnels: 0

MessagePosté le: Mer 5 Nov - 23:11 (2014)    Sujet du message: Beodard Brasus Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
[justify]Nom/Prénom : Beodard Brasus
Âge : 58 ans
Race : Sorcier
Rôle dans l'école : Professeur

Description physique :

Bien que Brasus porte le poids de 57 années sur ses épaules, il garde la morphologie de ses 30 ans. Légèrement plus grand que la moyenne, d'une largeur d'épaule normale mais malgré tout un peu plus mince que la plupart des gens. Son dos est barré d'une cicatrice de dague au niveau du flanc, marque qu'il tient a conserver secrète.
Mais si son maintien le rajeuni, son visage n'en fait pas autant. Une grande balafre marque sa joue gauche, ses cheveux sont grisonnants suite à un violent traumatisme et des rides sont visible sur le coin de ses yeux.

Sa tenue vestimentaire est aussi un témoignage de son temps. C'est typiquement le genre de tenues excentriques que portaient les sorciers à la génération de Brasus. Un grand chapeau pointu en paille, une cape bleu gris légèrement déchirée sur les bords, une chemise marron, un pantalon rayé gris et vert définitivement trop grand, maintenu par une ceinture en cuir équipée de nombreuses sacoches et de longues et larges bottes de cuir brut.

Description caractérielle :

Un comportement cynique, un humour noir et un sourire narquois. Voilà l'attitude que prend la plupart du temps Brasus.
Pour lui, la mort n'est qu'une magnifique demoiselle uniquement vêtue d'une cape noire.
Son regard aux couleurs de l'acier ne lui fait aucune peur, bien au contraire.
Brasus est attiré par la figure même de la mort, de l'ankou. Cette créature mythique qui est censée faire trembler les plus braves n'est pour lui que la femme parfaite.

Il est très calme, mais joue souvent la comédie en fronçant les sourcils et en tapant du poing sur la table.
Il est aussi très sarcastique, toujours à parler avec ironie et humour sombre.

Mais au fond, il est en fait déchiré par son passé, une âme morcelée par l'abus de magie noire et un psychisme fragilisé par de nombreuses expériences totalement absurdes.

Situation familiale et origines :

Qu'est-ce que qui caractérise les hommes ?
Qu'ont-ils de différent d'une bête ?
Ils sont violents comme des chacals, meurtriers comme des serpents, traîtres comme des renards.
Mais eux, ils ont peur de la mort...enfin...pas tous...


Obscurantisme et chasse aux sorcière étaient les mots d'ordres. La religion si impie perçait le cœur de simples villageois -ou plutôt de villageois simple, qui sait ?-.
C'est dans la triste et pluvieuse année 1402 que le jeune couple Beodard -des étrangers venus en Angleterre pour élever des moutons- mit au monde un garçon.
Toute la famille portait une chevelure rousse mais d'eux trois, seul Beodard avait les yeux d'un jaune orangé entouré d'un fin liserait d'or. Quelques années plus tard, la maladie, sœur aînée de la mort et la moins belle des fléaux, souffla son haleine fétide sur les récoltes, les hommes et le bétail. Oh ! Sa petite sœur vint vite après, déjà plus agréable, la famine s'installa au sein des foyers. Et puis la plus belle des trois, mais aussi la plus froide et la plus sombre, l'ankou, emporta nombres de nouveaux-nés et de familles.

Alors leur cousin, le désespoir -revenant de lointaines contrées après quelques conquêtes- s'imicia et poussa les hommes à l'impensable.
Un prêtre vint dans le village et apporta le tissu de mensonges que l'on appel plus communément 'parole divine".
Les hommes sont prêts à tout croire lorsqu'il n'ont plus rien...

Il faut chasser les hérétique !
Supprimer les sorcières et les sorciers !
Ces partisans du diable ont amené la colère divine sur ce lieu !


Alors toutes les têtes se tournèrent vers la famille Beodard. Tous trois étaient des sorciers, des magiciens. Mais seuls Tahorn et Ada, respectivement père et mère de Brasus, étaient au courant.
Brasus, lui, usait de temps en temps d'une magie enfantine, transformant des écureuils en créatures sorties tout droit de son imagination d'enfant.
Ce jour là les villageois les laissèrent tranquilles.

Mais le jour suivant, ou plutôt une fois la nuit tombée, ils sortirent torches et fourches et vinrent à la porte du foyer Beodard. Le prêtre, qui menait la foule, leur ordonna de sortir.
Ada serrait un Brasus en larmes contre elle et Tahorn rangeait le plus vite possible des affaires dans un sac. Mais alors qu'ils allaient fuir par les sous-sols, la cohorte en furie mit feu à la maison. Elle s'embrasa très vite. Trop vite pour que cela soit normal, en fait. Alors que l'enfer tombait sur la petite famille, le temps s'arrêta autour de Brasus. Il était le seul à bouger. Et puis une voix douce résonna dans sa tête.

Se n'est pas l'heure.
Se n'est pas TON heure.


Brasus se réveilla ensuite dans les couloirs sous-terrains qui formaient les sous-sols de sa maison. Un trou béant au dessus de lui. Il avait fait une belle chute, tout de même. Il décida de partir.
Il vécu jusqu'à ses 34 ans voyageant de villes en villes dans un groupe de troubadours.
Et puis un puissant mage noir attaqua le royaume. 17 villes tombèrent sous sa coupe en moins d'une semaine. Il raflait les sorciers pour se faire une armée. Brasus fut l'un d'eux.
Il combattit comme un démon ceux qui étaient ses amis, sa patrie. Tant et si bien qu'il finit par être le général du mage noir. Il apprit les pires formes de la magie et s'adonna au marionnetisme. Mais un jour, quinze ans après son enrôlement, alors qu'il marchait dans la cité volante qui servait de QG au mage noir, il se prit un coup de dague dans le flanc.
Le temps s'arrêta alors autour de lui, il était à terre, baignant dans son sang. Une magnifique jeune femme, d'apparence plus jeune que lui, vers la vingtaine, était penché sur son corps. Elle n'était habillée que d'une cape du plus sombre des noirs et ses yeux était du gris le plus froid. Elle avança sa main vers la joue de Brasus. Ce contact était plus frigorifique que la glace, mais réchauffa le cœur du sorcier.

Et ainsi le petit enfant est devenu un sorcier noir des plus puissants...

Je vais enfin pouvoir te rejoindre...toi que je recherche depuis cette nuit là...

Encore une fois, ce n'est pas le moment. Tu dois vivre et le vaincre.

Pourquoi me refuses-tu ce droit ? Qu'ai-je fais de mal pour ne pas te mériter ?

Cela ne dépend pas de moi. Le monde des morts de veux pas de toi. Mais tu peux te racheter. Fais tout pour.


Brasus caressa la joue de l'ankou puis laissa choir sa main. La mort déposa un baiser sur son front puis se releva. Dieu qu'il la trouvait belle. Elle agrippa sa faux dont la lame était montée à l'envers.

Un jour nous nous reverrons et ce jour là sera le bon.


Brasus perdit connaissances et se réveilla sur une plage. Au loin il voyait la cité déverser sa fumée noire derrière elle. Il ne parvenait plus à bouger et l'eau dans laquelle il trempait était mélangée à du sang. Il attendit pendant plusieurs heures avant qu'un marchand itinérant ne le trouve et le soigne. Il vivait avec sa femme et sa fille. Il remarqua les vêtements du sorcier. Typique des mages noirs. Une longue cape et des pièces d'armures en ébonite. Et pourtant il l'accepta sous leur tente. La jeune fille se lia d'une grande amitié avec Brasus. Elle adorait quand il lui racontait ses conquêtes, malgré qu'elles ai été faites contre son peuple.
Il alla même jusqu'à lui apprendre la magie. Pas la noire, mais la magie la plus élémentaire. Un peu d'alchimie, aussi.

Mais le malheur ne lâche jamais sa proie.

Alors qu'il était parti la journée pour étudier un dolmen non loin, il entendit des cris. Il accouru aussi vite que possible mais ne trouva que le camp dévasté. Toute la famille qui l'avait accueilli avait été massacrée. Une rage folle s'empara du sorcier. Il serra les poings à s'en faire blanchir les jointures et se mit à hurler au cieux. Ses cheveux devinrent blancs. Il se laissa choir et se prit la tête en pleurant. Puis il releva les yeux, devenus aussi jaunes et mauvais que du topaze. Il pris la direction de sa tente. Il creusa le sol et déterra une malle, en sorti son ancien accoutrement de mage noir. Avec le sang de ses trois amis il inscrivit des runes sur le tissu de la cape et l'épaulette gauche. Avec un peu de magie il fit en sorte que le sang reste éternellement rouge. Puis il empoigna son bâton-lame et fit sortir de terre un squelette de cheval avant de galoper jusqu'au camp ennemi le plus proche.

Il se heurta à 200 soldats. Il invoqua des dizaines de morts-vivants, utilisant une magie qu'il s'était interdit. Les soldats ne purent faire face à un magicien poussé par la rage. Un fois l'affrontement terminé, Brasus s'écroula sur le sol, prit d'une immense fatigue.
Il se rendit compte qu'il ne pourrait jamais vaincre les armés du mage noir seul. Si il tombait après 200 ennemis non-initiés à la magie, que faire contre 3 millions, dont des milliers magiciens ?
Alors il se mit en quête de trouver une des portes qui lui permetterais de quitter ce monde pour en trouver où il pourrait réunir ses forces.

Mais rien n'en fit. Il ne parvint jamais à atteindre cet objectif, malgré ses nombreux essais.

Cela fait maintenant 6 ans que Brasus a fini de errer dans ce but. Depuis 6 ans il s'est mit à enseigner son savoir à de jeunes sorcier et autres chimères pour éviter qu'un autre mage noir n'apparaisse. Le portail de Beth lui faisait face. Il se remémora toute sa vie. Le visage de la mort étant marqué au fer rouge dans son esprit et son passé ponctué de nombreux éléments tragiques. Il vérifia sa montre, fit signe à son bagage -du poirier savant, bien entendu !- de le suivre, puis traversa le dolmen. Une nouvelle page de sa vie s'écrivait devant ses yeux.

Pouvoirs : Marionnetisme et pouvoirs basiques des mages de combat (forme de télékinésie basée sur les coups et les projection).

Loisirs, j'aime/j'aime pas :

Loisir : La lecture, jouer avec ses marionnettes, la couture
J'aime : lire, enseigner, coudre
J'aime pas : Les mages noirs et se qui s'en rapproche.

Hors RP:
_ Comment avez vous connu W.A.N.D.? Par pur hasard. Je cherchais un forum RP digne de ce nom et j'ai trouvé celui-ci qui m'a fort plu.
_ Quel est votre expérience en RP ? Je suis passé par divers forums, RP ou pas. De starmade.fr à Lost in my dream.
_ Mot de passe ? *Ne crois pas qu'au Magique...* *Espoir du Corridor* *J'offre ma Coupe Vide...* *Où souffre un Monstre d'Or*

Chronologie :
_ Présentation rédigée en : 2014
_ Présentation modifiée en : ---

PS : je précise que tous les propos insultant plus ou moins la religion ne font parti que de mon texte et n'engagent aucunement ma pensé propre. Je tiens à m'excuser d'avance aux croyants qui passeraient par là.
PS2 : L'ankou est la figure emblématique de la mort dans la "religion" bretonne. Je n'ai repris que le nom, car normalement l'ankou a la figure de la dernière personne morte lors de l'année passée. CF les contes de l'ankou (jeunes enfants s'abstenir. C'est...cru, disons)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:31 (2017)    Sujet du message: Beodard Brasus

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    W.A.N.D. Academy Index du Forum -> Enceintes intérieures de Wand -> Sanctuaire de l'Oracle Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com