W.A.N.D. Academy Index du Forum
W.A.N.D. Academy Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Un retour élégant ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    W.A.N.D. Academy Index du Forum -> La Ville de Bethseda -> La Place principale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Caëlya Lunaleïd
Hanimon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2011
Messages: 204
Race: Elfe sylvestre
Elève, assistante à l'Animalerie Fantastique
Points personnels: 200
en première année

MessagePosté le: Lun 12 Mai - 23:21 (2014)    Sujet du message: Un retour élégant Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Caëlya ralentit le rythme de son cheval. Elle arrivait à l’entrée de la ville de Bethseda. Elle prit une grande inspiration et retira son capuchon, qui retomba sur son dos, recouvert d’une longue cape de voyage d’un vert très foncé. Ses très longs cheveux noirs furent libérés dans un même temps. Elle regarda un instant droit devant elle. De là où elle se situait, camouflée entre les arbres, elle apercevait un peu plus loin les premières maisons. Sachant bien que la forêt restait dangereuse ces temps-ci, elle était arrivée du nord, en contournant le village de Tournagauche, et en longeant le littoral. Et la voilà qui comptait faire son retour à l’académie. Cependant, les couloirs du château lui rappelant encore de très mauvais souvenirs, elle avait tenu à se rendre d’abord en ville, pour se changer les idées. Elle fit signe à son cheval, un grand frison noir, de s’avancer, doucement, au pas. Celui-ci s’exécuta, martelant le sol de pierre de ses énormes sabots, dans un bruit régulier.

L’Elfe se trouvait tout de même assez nerveuse. Non pas qu’elle se soit absentée si longtemps que cela… Mais les dernières images qu’elle gardait de Bethseda resteraient gravées dans sa mémoire pour le restant de sa vie. Elle avait assisté indirectement à la chute de Samhain. Elle se souvient d’avoir entendu, durant un moment interminable, un énorme vacarme d’explosions dans l’enceinte du château, alors qu’elle se trouvait dans ce qui étaient autrefois des dortoirs accueillants, avec d’autres élèves sous l’influence de Samhain, restés à l’académie pour survivre. A partir du moment où le Roi des Morts fut neutralisé, tout de déroula très vite, et ce qui perturba le plus Caëlya, tout comme ceux qui étaient restés comme elle au château coupés du monde, c’est la rapidité avec laquelle d’abominables informations arrivèrent. Bien sur, elle était très heureuse que Samhain ait été vaincu. Mais venait alors l’heure de constater les dégâts. Et pour ceux qui comme elle, reprenaient connaissance après de longs mois de corruption, l’atterrissage avait été douloureux. La ville était dévastée, et il fallait dénombrer les morts –ou dans un souci de rapidité, dénombrer les vivants-. Après autant de destruction, il fallait reconstruire, mais d’abord y voir clair. Les héros de la résistance furent acclamés, et pour chacun, l’intervention de l’Oracle relevait encore de l’incroyable. Ce fut donc dans les jours qui suivirent que les habitants purent prendre conscience de la gravité de la guerre, et surtout de ses conséquences. Caëlya avait assisté à chacun de ces événements importants, mais elle avait rapidement ressenti le besoin de partir, assez loin, de s’aérer l’esprit, pour se remettre des événements récents et du dégout qu’elle s’inspirait elle-même.
En effet, l’influence de Samhain avait eu pour effet de convertir les plus vertueux en dociles serviteurs dévoués du Roi des Morts. Or Caëlya n’avait pas mauvais fond au naturel, au contraire. Elle avait donc été frappée de plein fouet. « Pourrie jusqu’à la moelle », comme l’affirmait et lui répétait son Gardien protecteur, qui lui non plus n’avait rien fait pour lui réserver un réveil en douceur. Car lorsque l’on ressort de plusieurs mois sous une influence maléfique, on a comme un énorme trou sur les événements antérieurs, durant lesquels on n’était pas totalement conscient puisque… Plus vraiment soi. Or le Hibou, qui avait lutté pour reprendre le contrôle sur l’esprit de Caëlya mais n’y était pas parvenu, s’était fait un plaisir de tout lui raconter en détail… Comment elle se dévouait corps et âme durant les cérémonies de culte de Samhain, comment elle avait dénoncé certains de ses camarades désobéissants, comment elle avait dévoilé à leur Maître les premiers projets de résistance dès son retour des cachots… Ah… Oui… Les cachots… Voilà autre chose… Les journées longues à en mourir d’ennui, la compagnie réjouissante des résidents éternels sous forme de squelette, les tortures, et puis le mieux, les rats à manger –mais cuits au moins, attention !-. Ses quelques semaines d’enfermement en compagnie de Nigel et Shigan l’avaient métamorphosée. Elle qui avait toujours été végétarienne, sur la fin de la dernière semaine de détention, se retenait de toutes ses forces de ne pas mordre dans le mollet de Shigan… Bref, du bon temps ! On joue les servantes dévouées et malgré cela voilà ce que l’on récolte ! Non, ce n’est pas ce qu’il faut dire…

Le temps passé hors de Bethseda lui avait permis d’encaisser les nouvelles, et de se reposer. La solitude ne dérangeait pas Caëlya, bien au contraire. Mais la ville, l’académie, ses amis, la bonne ambiance qui régnait à Bethseda lui manquaient. Donc elle ne fut pas longue à revenir. Elle voulait assister à la reconstruction et y aider autant qu’elle le pourrait. La voilà donc qui revenait, comme elle était partie, sans rien dire, à cheval, avec son sac en bandoulière pour seul bagage et son arc et sa réserve de flèches accrochés à son dos. Et la boule au ventre.
Le cheval traversa une première ruelle. Ils ne croisèrent personne. Une seconde, puis une troisième. A sa droite, des maisons. A sa gauche, les quelques ruines du quartier de la ville qui avait été le plus touché par les combats, et dont il ne restait presque plus rien. Caëlya était rongée par la culpabilité. Et son regard soucieux le traduisait bien. Alors qu’elle fixait les ruines, le regard dans le vague, les premières voix lui parvinrent. Elle releva la tête. Le cheval tourna à droite, et s’engouffra dans l’une des rues principales, plus fréquentée. Les victimes avaient été très nombreuses, mais par un temps aussi radieux, il n’était pas étonnant que les habitants soient dehors. La plupart s’affairaient à de la reconstruction à leur échelle. En se mêlant à la population, Caëlya retrouva le sourire. Les rues principales allaient être reconstruites plus belles encore. Bethseda reprenait son cours.

Caëlya arriva bientôt sur la place principale, un endroit qui restait en toute occasion très animé, hormis lorsqu’un Maitre des morts venait à l’occasion s’installer dans les parages bien sur. Elle arrêta son cheval et observa les gens, quelques instants. Sa confiance revenait. Elle observa de loin les principales ruelles, notamment celle qui regroupait les principales boutiques de la ville, les plus importantes pour les étudiants. Et une nouvelle enseigne l’intrigua… Elle indiqua à son cheval de se rapprocher doucement. « L’animalerie fantastique ». Mais en voilà une bonne idée ! Plus enthousiaste encore, Caëlya descendit de cheval. Quiconque la connaissait un peu pouvait alors constater qu’elle avait réellement changé ces derniers temps, ne serait-ce que physiquement. Avec un soleil aussi radieux, sa peau déjà couleur miel, avait foncé pour se réfugier vers les tons mats. Elle avait également grandit. Les effets de l’hypnose dont elle avait été la cible étant enfant se terminaient. Sa croissance ayant été stoppée durant plusieurs dizaines d’années, elle semblait désormais rattraper le retard et arborait maintenant presque une taille d’elfe adulte. Elle faisait bien un bon mètre soixante-dix à présent, peut-être plus. De toutes façons, elle avait promis à Mystago qu’un jour elle arriverait à sa taille ! Elle ne pensait pas vraiment que cela serait possible, mais ça en prenait le chemin… En tout cas, cela comportait des avantages : elle n’avait plus à sauter pour monter ou descendre de cheval. Une fois les pieds au sol, elle réajusta sa robe de voyage. Sans manches, elle lui descendait jusqu’aux pieds mais était fendue sur un côté pour des raisons pratiques. C’était une belle robe vert foncé, avec quelques brodures dorées courant de ses épaules à son ventre.
Curieuse, l’Elfe s’approcha de la vitrine du magasin. Elle y repéra immédiatement deux chats, roulés en boule au milieu de la paille. Rappelons que les Elfes sylvestres sont naturellement assez proches des animaux, et n’ont en général pas de problèmes pour les approcher. Certains sont même capables de communiquer librement avec eux. Les Elfes sylvestres tiennent à ce lien, et vivent de ce fait au rythme de la nature, ce qui explique qu’ils soient souvent calmes, discrets, réservés… Et dégageant toujours une certaine élégance….


« Gouuuuuuuuuuuuzi gouzi gouzi le petit chaaaaaat que tu es mignooooooon ! Tu es là depuis longtemps ? Oooooh je l’ai réveillé, pauvre petit bouuuuut ! Non non je voulais pas te déranger rendors toi ! Dodo le chat ! »


… Mais la nature aime les excentricités…


« Pitié donnez moi une corde… Ou un pont… Quelque chose ! » commenta le Hibou, esprit protecteur de Caëlya. « Tant d’efforts à l’éduquer et la rapprocher de la sagesse pour…. Ça !! Tu crois que ta tête est ce qu’il y a de meilleur à voir au réveil ? Allez laisse ce chat tranquille… Ou tu vas vraiment finir par te prendre la honte… »

En parlant de honte, voici justement une silhouette qui se rapproche…
Revenir en haut
Aislingh
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 17 Mai - 20:47 (2014)    Sujet du message: Un retour élégant Répondre en citant

Fin.

Aislingh referma le livre d'un coup sec, avant de le déposer sur une haute pile de bouquins. Incroyable qu'elle ait réussit à lire autant en seulement deux jours. La jeune fille avait écumé la Bibliothèque Etoilée, passant des histoires fantastiques au livres de cours. Enfin, livre de cours, c'était un grand mot : quelqu'un avait enlevé quasiment toutes les pages pour les remplacer par des notes. La métamorphe avait eut beau s'user les yeux l'écriture était si brouillonne qu'elle n'avait pas pu réussir à déchiffrer ne serait-ce qu'une lettre.

Enfin bref. Il était temps pour elle de mettre le nez dehors, de parcourir les rues de Bethseda ou, si le cœur lui en disait, la Forêt. Prendre l'air, sentir la brise sur son visage, tout ça. Croiser des gens aussi. Après son mini-ermitage de 48h, voir quelqu'un lui ferait sans doute du bien. La métamorphe jeta un coup d'oeil par la fenêtre : il faisait beau, pour ne pas changer. Était-ce un temps spécifique à la région ou était-ce simplement ce mois de mai qui était particulièrement beau ? (et chaud, par ailleurs.) Certes, avoir du beau temps était sympathique, etc, cela ensoleillait les cœurs et tout le tralala, mais une bonne averse ne ferait pas de mal à ce paysage si idyllique. D'ailleurs, elle en était certaine, les carrés jauni du parc étaient dû à cette semaine de beau temps et non pas à la corruption...

Bon, si elle restait plongée dans ses pensées, elle ne partirait jamais de son poste d'observation. La métamorphe se leva péniblement, avant d'aller prendre une bonne douche. Froide, la douche. Histoire de la tirer de son état de zombie.
Elle releva ensuite ses cheveux en un chignon faussement négligé, passa un top ocre, assorti d'un pantalon d'un blanc immaculé et de chaussures grises. Saisissant son manteau noir, elle prit la direction de la Salle Commune, avant de se raviser.
Elle n'avait aucune envie de traverser tous les couloirs et les escaliers de l'Académie pour mettre le nez dehors. D'une part, le chemin était trop long à son gout et d'autre part... ça manquait sérieusement de fantaisie. Aislingh fit donc aussitôt demi-tour, ouvrant en grand la large fenêtre qui éclairait son dortoir. On y avait une vue charmante, mais également très élevée. Mais l'Hanimoniènne n'avait certainement pas le vertige... et elle ne manquait pas non plus de témérité, quand elle le voulait. Il suffisait de sauter.

Une hirondelle s'éloigna rapidement de la Tour de la maison de l'Ange, se dirigeant vers la ville de Bethseda, dont on voyait les toits au loin...
Note pour plus tard, ne jamais refaire ça. La peur de la chute l'avait envahie, et ce n'était que grâce à son instinct de survie (sans doute défaillant, par ailleurs) qu'elle avait eut la bonne idée de se transformer en piaf et non pas en bête à fourrure attendrissante. Ça aurait été stupide, de finir en bouillie de chaton.
Mais, mon Dieu, qu'est-ce qu'elle s'était sentie libre !

La métamorphe reprit son apparence humaine dans une ruelle déserte. Elle ne tenait pas spécialement à faire une peur bleu à une mamie qui passait par là. Même si la magie était le mot d'ordre de ce monde, voir une hirondelle se transformer subitement en jeune fille restait surprenant.
Aislingh avait atterri non loin des boutiques pour les élèves, elle voyait quelques enseignes au loin... Dont un qui attira son attention. L'animalerie fantastique, hm ? C'était Solia qui gérait la boutique, à titre provisoire, ce qui était assez ironique de la part d'un métamorphe...
En s'approchant, Aislingh pu voir une jeune fille, sans aucun doute une fan des animaux. Cela lui rappela brièvement le club des fans des créatures magiques, tenu par Shigan... Elle en faisait partie, d'ailleurs, mais pour l'instant le club attendait de nouvelles recrues. Chose qui ne manquait pas d’agacer Aislingh, qui ne rêvait que de partir à l'aventure. Elle s'était même inscrite pour une quête, ayant pour but de débarrasser les animaux de la forêt des dernières traces de corruption... Ce serait sans doute quelque chose d'intéressant à voir, à faire. Ha, la soif d'aventure... Cela lui avait déjà prit, une fois. Ça c'était mal fini.
A mieux y regarder, la jeune fille était en fait une jeune elfe. Émergeant de sa masse de cheveux noirs, deux oreilles pointues à la couleur mate frémissaient. Tiens, la métamorphe avait toujours imaginé les elfes blonds, grands et plutôt pâles. Comme quoi, c'était une idée reçue. Par contre, l'elfe avait bel et bien une très longue chevelure...
L'inconnue n'était pas spécialement petite, par ailleurs. En fait, elle devait faire quasiment la même taille qu'Aislingh avec deux ou trois centimètres en plus. Bon, cinq ou six centimètres. Elle était vêtue d'une robe au style elfique (tout du moins selon les goûts de la métamorphe) fendue sur le côté afin de permettre la monte. L'elfe semblait jeune, assez pour être une élève en vérité. Bon, c'était surtout son côté excentrique (gouzi-gouzi le chat !) qui l'avait poussée sur la voie. L'apparence ne voulait rien dire, dans ce monde d'illusion.


"Kimaéri..."
Aislingh s'approcha, sourire aux lèvres. Même pas forcé en plus : comme quoi, voir une nouvelle tête lui faisait vraiment plaisir. Peut-être méritait-elle vraiment d'être une des élèves de la Maison de l'Ange (réputés pour leur côté bisounours). Même avec ses... erreurs d'appréciation passées.
"Je suis Aislingh, de la maison d'Hanimon... Ravie de voir une nouvelle tête ici !"

Nouvelle tête... Une exagération, elle n'était pas là depuis si longtemps, il y avait sans doute plein de personnes qu'elle ne connaissait pas. Si ça se trouve, l'elfe était une de ces personnes. Quoi que... La cape, la robe de voyage et le cheval semblait indiquer une arrivée très, très récente. *La fin de la corruption, le printemps, les fleurs, et les nouveaux élèves... La joie du Renouveau !* pensa la métamorphe, mi-sérieuse, mi-ironique.


[Bon et bien... Bienvenue/rebienvenue !]
Revenir en haut
Caëlya Lunaleïd
Hanimon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2011
Messages: 204
Race: Elfe sylvestre
Elève, assistante à l'Animalerie Fantastique
Points personnels: 200
en première année

MessagePosté le: Mer 21 Mai - 18:33 (2014)    Sujet du message: Un retour élégant Répondre en citant

[Merci ! ^^ Bienvenue à toi ! Même si ça commence à faire un moment...]





Caëlya tourna la tête vers la silhouette qui se rapprochait d’elle. Elle reçut cependant le soleil en plein visage, et même en plissant les yeux, elle se retrouvait incapable de distinguer la personne qu’elle ne pouvait voir qu’en contre-jour. Une pointe de stress la piqua. Seuls ses amis les plus proches, ceux avec qui elle avait réellement pu passer du temps, connaissaient la partie excentrique du caractère de l’Elfe, qu’elle dissimulait en général derrière une attitude calme, un sourire posé et un langage respectueux, lorsqu’elle était accompagnée. Cependant la solitude avait tendance à rapidement la rendre folle… Mais il s’agissait bien évidemment plus d’un comportement temporaire que d’une vraie maladie. Quoique, la question mériterait d’être posée…
La personne lui dit Kimaéri. Une voix féminine que l’Elfe n’avait encore jamais entendue. Caëlya fut soulagée : déjà, ce n’était pas un professeur qui l’avait surprise en train de gagatiser devant la vitrine. Malheureusement, ce n’était pas non plus une amie à elle –soit quelqu’un qui connaissait déjà ses élans d’affection pour les animaux-. Caëlya se releva pour faire face à la personne qui lui parlait, c’était la moindre des politesses. Elle tomba nez à nez avec une jeune fille, un peu plus petite qu’elle, dont le visage ne lui rappela personne qu’elle connaissait. Il avait du se passer bien des choses durant son absence, et entre autres, une ville renaissante attirait de nouvelles venues. En l’occurrence, son jeune âge laissait présumer qu’il s’agissait d’une élève, mais à Beth, mieux fallait éviter les jugements hâtifs sur les gens, qui la plupart du temps regorgeaient de surprises et n’en étaient que plus intéressants. Quoi qu’il en soit, elle lui adressa un sourire qui semblait sincère. Voilà quelque chose qu’elle n’avait pas vu depuis de longs mois : un sourire. Sous le règne de Samhain, toute marque de bonheur était bien évidemment interdite, tout comme le fait de porter des vêtements clairs. Et durant les débuts de reconstruction de la ville, devant la constatation des dégâts, les sourires n’avaient pas vraiment été au rendez-vous. Celui-ci lui réchauffa donc le cœur immédiatement, et fut communicatif. Voir une personne habillée en blanc, ocre, des couleurs claires, vous adresser un sourire sincère affiché sur un visage lumineux, dégagé par un chignon, c’était bête, mais finalement, sur le moment, cela la rassura énormément. Elle se dit alors qu’elle avait décidément bien fait de revenir. En observant la nouvelle venue plus en détail, Caëlya remarqua la couleur chaude et assez inhabituelle de ses yeux, derrière ses quelques mèches de cheveux. Elle avait de beaux yeux, pensa-t-elle, et l’attitude calme de l’Elfe cachait bien qu’en réalité, il lui démangeait de fouiller dans son sac à la recherche d’une barrette à lui clipser sur la tête pour lui dégager les yeux. Mais ce n’était pas vraiment un comportement à avoir face à une inconnue, même si elle semblait sympathique… La curiosité de l’Elfe fut rapidement éveillée, des questions lui vinrent en tête, auxquelles la jeune fille répondit en partie sans le savoir un instant plus tard :


"Je suis Aislingh, de la maison d'Hanimon... Ravie de voir une nouvelle tête ici !"

Hanimon… Une nouvelle chez Hanimon. Caëlya en fut doublement ravie, et le montra rapidement en lui rendant un sourire à la fois soulagé et bienveillant. Elle se présenta à son tour en inclinant légèrement la tête, respectueusement, comme elle le faisait chaque fois qu’elle rencontrait une nouvelle personne. Puis elle prit la parole d’une voix douce et posée, qui contrastait beaucoup avec son Gouzi Gouzi le chat d’il y a quelques instants plus tôt.

« Je suis vraiment enchantée de te rencontrer Aislingh. Je m’appelle Caëlya, et je suis aussi une élève d’Hanimon. Ça fait réellement plaisir de voir de nouveaux visages ici. Je suis désolée que tu aies vu le spectacle d’une pauvre Elfe un peu désespérée gagatiser devant des chatons dans une vitrine au beau milieu de la rue… Quelque part, cela veut surement dire qu’approcher les gens inquiétants ne te fait pas peur ! Et ici c’est plutôt une qualité… »

…finit-elle avec un sourire amusé. Son cheval, derrière elle souffla un grand coup, comme pour confirmer ses dires : *Oui, heureusement qu’il y a encore des gens comme elle pour approcher les gens comme toi ! * Elle lui répondit en lui caressant simplement la tête, alors qu’il faisait claquer l’un de ses sabots sur le sol.

« Je ne sais pas depuis combien de temps exactement tu es arrivée, mais tu n’es ici que depuis récemment n’est-ce pas ? Bienvenue à Bethseda. J’espère que l’univers te plaira. Pour ma part, je ne suis pas une nouvelle, même si en apparence effectivement je viens d’arriver… Je suis élève à l’académie depuis maintenant un certain moment, mais j’ai eu envie de prendre… Des vacances en quelques sortes. Me changer les idées. J’ai passé quelques semaines assez loin d’ici, et je viens juste de revenir. Je comptais rentrer à l’académie, mais j’ai eu envie de voir un peu l’état dans lequel se trouvait la ville en premier. Tu as surement du entendre parler des événements qui ont eu lieu récemment… »

Elle se tourna vers la ville, à la recherche d’un espace endommagé à lui indiquer pour illustrer ses propos, mais la place principale avait visiblement était restaurée assez rapidement. Sans doute parce que c’était tout de même un lieu fréquenté. Elle ne trouva pas ce qu’elle cherchait et se tourna donc à nouveau vers Aislingh.

« En tout cas, je suis vraiment ravie de rencontrer une nouvelle hanimonienne ! Ton arrivée s’est bien passée ? Tu as eu quelqu’un pour t’accueillir ? »
Revenir en haut
Aislingh
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 23 Mai - 19:33 (2014)    Sujet du message: Un retour élégant Répondre en citant

Tiens une élève d'Hanimon ! Aislingh eut un franc sourire : a part Kriss, elle n'avait encore jamais rencontré quelqu'un d'Hanimon. Enfin si, Dante, mais elle ne l'avait recroisé depuis leur première rencontre... Peut-être était-il tombé dans un de ses trous magiques, qui sait. Quoi qu'il en soit, ces derniers temps, les anges semblaient être une chimère en voie de disparition.

"Bah, si je ne devais pas approcher les gens inquiétants, je devrais éviter la moitié de l'Académie."
*A commencer par Stewart*

Bref, finit le mauvais esprit. Elle avait apprécié chacune des personnes listées ci-dessus, et aucune ne faisait vraiment peur. Sauf le vampire.
Et voilà, première erreur. Caëlya était déjà là longtemps avant elle... En tout cas, la métamorphe comprenait parfaitement son envie de vacances. Avec les événements récents, nombreux étaient ceux qui avaient préféré une retraite pour se ressourcer. Mais comme tout le monde lui avait confirmé, l'académie se remettait à vivre. Le printemps, sans doute.
L'elfe fit un tour sur elle-même, comme si elle cherchait quelque chose. Peut-être des preuves de ses dires. Si on s'éloignait du centre ville, on trouvait des maisons ou des échoppes encore abîmées, tandis que la forêt, le parc, portaient encore des traces visibles de la corruption. Peut-être même les animaux d'ailleurs, mais d'après les histoires qu'Aislingh avaient entendues sur la Forêt, elle ne tenait pas vraiment à s'éloigner des sentiers battus pour jouer l'amoureuse de la nature. En fait, cela ne lui posait aucun problème, mais depuis la petite annonce de quête du Professeur Islandran, une petite pointe de paranoïa s'insinuait en elle.


"Mh oui mon arrivée c'est très passée ! C'est Solia, d'Hadès, qui m'a fait visiter la ville. C'était... vraiment génial. Y'a pas d'adjectif pour ça, ce sentiment d'appartenance... surtout que le rouquin n'a pas son pareil pour faire sourire. D'ailleurs, la première fois que je l'ai vu, il avait prit la forme d'Hanimon. Dommage pour lui, je ne suis pas une sorte de fanatique adoratrice des anges. Même si il a fait une super imitation. Honnêtement, je ne pouvais pas rêver de meilleur guide. En faisant le tour des boutiques j'ai aussi rencontré deux-trois élèves, aussi. Les gens sont assez différents et étranges ici, mais bizarrement j'aime bien ça. Shigan et Mystago, par exemple..."

Elle s'interrompit. Mentionner le nom du blond lui avait fait penser à quelque chose. Une conversation entre deux élèves, précisément le jour de son arrivée... Caëlya... Une lueur de malice brilla dans les yeux d'Aislingh : elle venait de se souvenir d'où elle connaissait son nom. La petite amie du blondinet. Ou tout comme.

"... Ils sont comme le jour et la nuit. Enfin, Shigan fait très aristo, très orgueilleux, contrairement à notre blond ami. Mais tu dois déjà savoir tout ça... Ainsi donc, je suis la première personne que tu vois depuis ton retour."

Evidemment. Décidément, ça faisait très déjà vu. Déjà avec Kriss de Valnord... D'ailleurs, était-il sorti de sa période d'ermitage ? Elle ne l'avait jamais vu arpenter les couloirs de l'académie.

"Il y a plein de choses qui ont changé, il paraît... je ne peux pas vraiment savoir, mais on m'a plus ou moins raconté les récents événements. Ca a marqué beaucoup de gens, mais on s'en doute. Ca peut paraître horrible à dire, mais parfois je me surprend à penser que j'aurais bien aimé être là pour voir comment ça se passait. Puis quand je vois les marques laissées par cette... occupation, je suis très contente de n'être arrivée qu'après."

Aislingh regarda les deux chatons de la boutique s'éveiller tout doucement, leur petite langue rose apparaissant brièvement alors qu'ils baillaient. Très mignon, décidément. Qu'est-ce qui lui serait facile de prendre leur place... Mais elle ne s'imaginait pas enfermée.

"Bref, tant qu'il n'y a pas d'autres machins maléfiques qui essayent de prendre le pouvoir, tout me va !"

Comme si elle savait ce que cela faisait... Aislingh se déplaça jusqu'à un banc proche, pile dans une flaque de soleil. Un des nombreux petit plaisir de la vie, faut croire. Est-ce que le Maître des morts avait fait régner la nuit éternel durant son accès au pouvoir ? Si oui, ça avait du être un véritable calvaire... Ok, la pluie et la nuit c'est marrant, mais on se lasse vite.

"Bref... Je ne suis pas arrivée depuis très longtemps. Je n'ai pas beaucoup visité les lieux... Juste le littoral, la tour abandonnée, les trois-quarts de l'académie et de Bethseda ! Ce sont des lieux plein de surprises, vraiment... Et assez beaux, malgré les marques de destruction.
Quoi qu'il en soit... Je crois que l'animalerie n'est pas ouverte pour l'instant. La dernière fois que j'ai vu le gérant, il fuyait vers l'infirmerie. Mais tu as peut-être envie de revoir la ville entière, au lieu de rester là à m'écouter bavasser."


En fait, c'était plutôt Aislingh qui en avait marre de s'écouter parler. D'habitude, elle ne causait pas à tort et à travers, mais avec les nouvelles rencontres et la vie qui enflait au fur et à mesure que la période noir s'éloignait... Tout cela lui donnait des ailes. Au sens littéral du terme, parfois. Malheureusement, ça s'accompagnait de jacasseries inutiles, et même l'elfe avec ses "gouzi le chat !" devait se trouver moins ridicule à présent. C'était peut-être ça qui réunissait les Hanimoniens : l'art de faire des premières impressions ridicules.
Revenir en haut
Caëlya Lunaleïd
Hanimon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2011
Messages: 204
Race: Elfe sylvestre
Elève, assistante à l'Animalerie Fantastique
Points personnels: 200
en première année

MessagePosté le: Jeu 29 Mai - 19:12 (2014)    Sujet du message: Un retour élégant Répondre en citant

Caëlya écouta parler Aislingh, qui lui paraissait décidément bien sympathique. Et c’était un réel plaisir de voir quelqu’un de souriant pour son retour en ville. Une nouvelle, en plus, qu’elle aurait sans doute l’occasion d’apprendre à mieux connaitre, étant donné qu’elles étaient toutes les deux à Hanimon. Elle lui raconta notamment comment s’était passée son arrivée, et Caëlya sourit une fois de plus quand elle su que Solia l’avait accueillie lors de son premier jour.

« Ooh alors comme ça c’est Solia qui s’est occupé de ton arrivée… Bonne pioche ! »

L’Elfe l’avait déjà rencontré, en faisant les boutiques en ville, ou pendant des cours. Un sacré caractère, mais si l’académie ne l’avait pas, il aurait réellement fallu l’inventer…

« Si vous ne vous êtes pas perdus en chemin, alors tu as réellement eu de la chance ! Le sens de l’orientation n’est pas vraiment son domaine… Mais c’est quelqu’un de réellement joyeux, qui a le don de faire sourire les gens, même dans les mauvais moments, il est tellement décalé… Je l’ai à peine aperçu depuis la fin de l’occupation de Samhain, je crois qu’il a eu un rôle important dans la résistance, mais qu’il en a perdu un œil… Quoi qu’il en soit tu as vraiment eu un bon guide, je pense ! Est-ce qu’il a pris le temps de te raconter quelques-uns de ses exploits… ? ça vaut la peine de l’écouter… Un jour il a organisé une fausse visite médicale pour les filles de l’académie, et s’est lui-même transformé en fille avec un ami métamorphe de chez Hanimon, histoire d’aller mater…. Mais Stewart est intervenu et ça a pris une tournure assez glauque… L’histoire a fait plusieurs fois le tour de l’académie. Je crois que ce fut l’une des plus belles bêtises de Solia. »

Elle s’arrêta et n’entra pas réellement dans les détails, d’une part car elle ne connaissait pas les détails avec précisions, il y avait eu tant de rumeurs, et d’autre part car elle n’avait pas envie de passer pour la nostalgique de service, à raconter les vieilles histoires…

« Oui, chacun a son petit caractère ici, et c’est ce qui rend les lieux intéressants… Alors comme ça, tu as rencontré Shigan ? Rassure-toi, il a beau raconter beaucoup de choses, je ne pense pas qu’il soit bien méchant en réalité… Disons… Qu’il ne se prend pas pour du crottin, c’est certain. D’ailleurs à l’occasion, j’aurais un message corsé à lui faire passer… Je voudrais réellement le remercier de nous avoir envoyé aux cachots durant plusieurs semaines lorsque Samhain était encore là. Moi et quatre autres élèves. Nous n’avions rien demandé. Mais il est arrivé comme une fleur, et nous a parlé de résistance et de rébellion, alors que je discutais avec un ami, dans l’enceinte même du château, là où Samhain avait des oreilles dans chaque mur… En quelques secondes, nous nous sommes retrouvés aux cachots. Les autres, il les a dénoncés sans faire attention… Un vrai boulet… Et encore je ne me plains pas trop, pour ma part je n’ai pas été torturée… Mais je comprendrais tout à fait que certains aient des envies de meurtre à son égard... ! »

Elle s’arrêta un instant, en repensant à tout ce qu’elle venait de lui dire.

« Haha, excuse-moi, je ne te dévoile pas un portrait très florissant de Shigan… Mais il doit bien avoir des qualités j’en suis sure… ! Quelque part… ! En attendant, moi qui suis végétarienne par principe, à cause de lui j’ai mangé du rat dans les cachots pendant près d’un mois, entre autre… Mais c’est loin d’être le pire. »

Elle avait vu un petit éclair de malice dans les yeux d’Aislingh lorsqu’elle avait évoqué Mystago. Caëlya fronça les sourcils, l’air interrogateur, mais garda néanmoins un petit sourire en coin. Elle savait qu’ils faisaient l’objet de quelques rumeurs, et le fait qu’ils aient passé beaucoup de temps ensembles avant l’arrivée de Samhain les avait grandement alimentées. Elle ne l’avait plus revu depuis ces jours sombres. Elle était restée à l’académie, lui avait du réussir à s’enfuir… Il fallait vraiment qu’elle le retrouve à présent. Oh elle avait plein de choses à lui raconter, notamment ses trois semaines cloitrées dans la même cellule que Shigan risquaient de lui plaire…

« Mystago, lui, est quelqu’un de bienveillant. Il tient à sa tranquillité, mais tu peux compter sur lui si tu as besoin d’aide… Et il ne faut pas le laisser dans la même pièce que Shigan, c’est risqué… Manque de chance, ils sont tous les deux chez Hésiode… »

Elle ne s’étalerait pas davantage sur le sujet Mystago, car elle tenait à sa vie privée comme à la prunelle de ses yeux, et que les rumeurs allaient déjà bon train sans qu’elle en rajoute elle-même. Elle aussi, elle tenait à sa tranquillité. Par ailleurs, Aislingh aborda le sujet douloureux des événements créés par Samhain. Elle ne savait pas encore qu’elle était la réaction des habitants de Bethseda lorsqu’ils étaient questionnés à ce sujet. Mais cette période allait laisser de profondes blessures. Cependant, Caëlya voulu éviter à la nouvelle hanimonienne de mettre les deux pieds dans le plat, et lui raconta ce qu’elle savait des événements, alors qu’elles s’installaient toutes deux sur un banc au soleil.

« Je pense que les personnes qui savent réellement ce qu’il s’est passé ici sont assez rares. Pour la plupart d’entre nous, nous n’avons pas tout compris. Samhain était le seigneur des morts. Pendant des années, il avait préparé son retour, sans que personne ne s’en aperçoive. Mais ce jour est arrivé. Il a fait de l’académie son palais, et de Bethseda son royaume, qu’il comptait bien agrandir. Le plus redoutable fut son pouvoir de corruption. Le principe était : « les plus vertueux seront les plus corrompus. » Je ne prétends pas que les hanimoniens sont tous des saints, cependant ils sont la plupart du temps assez proches de leurs petites vertus personnelles, d’une façon ou d’une autre. Ce fut donc l’une des maisons les plus touchées. Les dirigeants de l’académie étaient devenus les bras droits de Samhain, ses serviteurs les plus dévoués. Il avait sa propre armée aussi, une armée de morts. Les règles étaient effroyablement strictes. Plus le droit de rire, de sourire, d’être joyeux, de porter des tenues colorées, de se rassembler en comités de plus d’un certain nombre de personnes… Pour ma part, la corruption m’a changée moi aussi en fidèle dévouée de Samhain. Je n’étais pas vraiment consciente, je ne me souviens pas de tout, mais d’après les dires, j’étais très enjouée lors des cultes, j’ai dénoncé des gens, j’ai été exactement dans le sens dans lequel on me demandait d’aller. Le réveil fut dur, c’est pour ça que j’ai eu envie de partir quelques semaines de l’académie : à cause de la culpabilité. C’est sans doute lâche, mais je ne me sentais pas capable de soutenir le regard de certaines personnes. Une chance qu’elles soient encore vivantes d’ailleurs. Par-dessus tout, c’est la résistance qui a fait le plus de dégâts, ainsi que la bataille finale, qui a duré plusieurs jours. Je ne sais pas énormément de choses à ce sujet, mais notre Sous-Directrice, Hélicia Stewart, Kriss, le doyen d’Hanimon, et Solia, y ont eu des rôles importants. Aujourd’hui, la page est bien tournée, mais il y a eu de nombreuses victimes, même parmi les élèves. Même si la ville reprend son éclat d’antan, le réveil est douloureux… Oui, d’un point de vue extérieur, ce devait être impressionnant à voir, je comprends bien ce que tu veux dire… Mais d’un point de vue interne, il ne faisait vraiment pas bon de rester à Bethseda ces derniers mois… »

Elle se rendit compte qu’elle devenait également très bavarde, et entreprit de s’attacher les cheveux en une longue tresse, un peu gênée.

« Excuse-moi, c’est moi qui jacasse le plus dans cette histoire… Je suis contente que tu te sois bien intégrée en tout cas, ce n’était pas évident que quelqu’un soit là pour t’accueillir lors de ton arrivée… Oui Bethseda est une terre magnifique, pleine de surprises, parfois nous en faisons les frais. Pour ma part j’aimais beaucoup la forêt, mais ce n’est plus un endroit sur à présent… »


L’Elfe bascula sa tête sur le dossier du banc et ferma les yeux, profitant du soleil.

« Décidément, je ne sais pas si c’est à cause de cette période si particulière, mais ça donne envie de parler ! Tu ne trouves pas ? »

…lui dit-elle avec un sourire complice. Elle prit un petit risque par la suite, mais la curiosité l’y poussait.

« Dis, puis-je te poser une question peut-être un peu indiscrète… ? Tu dois savoir que la plupart des élèves ici répondent à des catégories de chimères différentes… Qui es-tu, de ton côté ? »
Revenir en haut
Aislingh
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 2 Juin - 19:25 (2014)    Sujet du message: Un retour élégant Répondre en citant

[Désolée du retard ! Ca m'était totalement sorti de la tête...
Ah et pour la référence au Lutin rapporteur, j'ai vu ce nom dans quelques rp, donc je le remets au gout du jour !]

Suite aux réponse de l'elfe, Aislingh resta calme, méditative. Vu sa description des événements de Sawhain, la métamorphe comprenait mieux le tabou qui était entretenu. A l'avenir, elle veillerait à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler sur de sujets si délicats. Pas étonnant que les autres soient si discrets sur ce sujet.
Malheureusement pour la métamorphe, sa soif de savoir n'en était que peu étanchée. Certes, elle n'en parlerait plus jamais à tort et à travers, mais elle voulait en savoir plus. Peut-être était-ce le signe d'un esprit morbide ou déviant, une sorte de curiosité malsaine.

En tout cas, elle en avait apprit beaucoup plus, notamment sur des personnes proches d'elle. Enfin, proches... Elle n'avait rencontré Kriss de Valnord qu'une fois, et encore c'était dans un état pitoyable. Mais la lumière se fait toujours dans nos passés, et Aislingh comprenait beaucoup mieux les raisons du bouleversement du directeur d'Hanimon. En fait, sombrer sous un tel despotisme et se faire pardonner devait être un véritable choc en soi, mais après tout, ce n'était pas sa faute.

Quant à Shigan... Décidément, sa réputation semblait empirer de minute en minute. D'abord, les remarques de la famille Stewart (désormais justifiées par le témoignage de Caëlya... du moins à moitié) et il y avait également un bruit qui courait, sur une de ses (très) anciennes erreurs. Un accrochage entre lui et la Directrice actuelle. Plus récent, au début des événements de Sawhain un autre accrochage en Alchimie. Oh, elle ne montait pas un dossier secret sur tous les élèves, mais Aislingh avait découvert qu'on parlait souvent de Shigan. Jamais en bien, par ailleurs. Elle avait lu quelques éditions du lutin Rapporteur, l'équivalent chimérique des journaux, ou encore de la Gazette du Sorcier d'Harry Potter. Sa publication avait cessé durant les quelques mois "de l'occupation" mais il semblait que la Fée Potin avait reprit son travail en main, avec l'aide de Solia Sorike à la clé. Quoi qu'il en soit, le comportement étrange des élèves avait été retranscrits avec plus ou moins de précision, et sans doute avec beaucoup d'inventions. Malheureusement, Aislingh n'avait pas réussit à mettre la main sur des parutions plus anciennes, d'où sa visite à la Bibliothèque Étoilée.

Peut-être Aislingh irait parler à l'Hésiodien au sang chaud, un de ses jours... Ce n'était pas son genre de mettre au ban de la société un individu uniquement à cause de rumeurs. Ou d'actes. Et malgré ses manières ampoulées, il n'avait pas l'air si désagréable...
On pouvait prendre ça pour de la charité. Mais avec ce qu'elle avait fait... sa conscience n'était jamais entièrement tranquille, et le perpétuel sentiment de culpabilité la suivait. Jamais aussi fort que dans les premiers jours, mais tout de même présent, quelque part, comme un parasite soigneusement lové au fin fond de sa conscience. Bien caché.

"...Qui es-tu, de ton côté ?"

Aislingh sursauta mentalement, arrachée de sa rêverie sombre. Elle avait suivi la conversation de loin, comme si une part d'elle-même écoutait sagement tandis que l'autre part pensait à autre chose. Un trait de caractère qui lui était venu avec son adolescence et ses pouvoirs, semble-t-il.

"Heum, moi ? Une métamorphe, comme Solia. Avant je vivais dans le monde muggle, mais il y a... je dirais quasiment un an maintenant, j'ai du partir pour Beth. Depuis, j'ai découvert les avantages et inconvénients, en plus de quelques pouvoirs intéressants. Ah, rassure toi, tu n'es absolument pas indiscrète, moi-même j'ai une envie folle de tout savoir sur tout le monde !"

Hé bien, voilà que sa langue semblait se délier pour de bon. Caëlya avait raison, la jeune fille avait autant envie de parler que sa camarade aux oreilles pointues. Certes, c'était pour s'occuper l'esprit afin d'éviter de penser à certaines choses, mais surtout pour le plaisir. Un mois plus tôt, elle n'aurait pas tant parlé.

"Pour tout dire, j'adore les histoires personnelles. Savoir plus sur les gens qui m'entourent m'aide à mieux les comprendre. Si tu connais ne serait-ce qu'une chose sur eux, et tu découvre une nouvelle facette de leur personnalité. Dans mon ancienne... ancien lycée, je servais souvent de confidente, et ça m'a permit de connaitre mieux la nature humain."

*Et de plus, savoir les secrets, c'est toujours utile.*

Tss... Toujours son esprit déplacé... Toujours penser - au pire, dire - la mauvaise chose au mauvais moment. De plus, elle avait failli dire "vie" au lieu de lycée. Un signe révélateur par ailleurs. Quelqu'un d'observateur - et qui la connaîtrait un peu plus - saurait tout de suite qu'elle pensait avoir changé de vie, mais ne l'acceptait pas encore tout à fait. par peur de rompre avec le passé, ou bien de se taper l'affiche, ça c'était une autre histoire.

"Enfin... J'ai vraiment hâte de participer à tous les cours. J'ai déjà eu un petit aperçu de ce que cela peut être et franchement, j'ai une envie dévorante d'en savoir plus. Je sais qu'on peut rattraper les cours déjà fait, mais la théorie de remplace jamais la pratique. Même si je préfère largement le premier au second, d'ailleurs.
D'ailleurs, à toi d'étaler ta personnalité : Qu'aime-tu ? Désolée si c'est cliché ou trop personnel, mais j'aimerais connaitre l'avis d'une autre Hanimoniènne sur tes préférences en matières de lieux, cours, tout ce que tu veux !"


En fait, Aislingh aurait aimé en savoir plus sur les Elfes. Cependant, elle n'avait pas osé demander : c'était sans doute impoli de demander ainsi, de but en blanc, a une quasi-inconnue. Avoir l'impression d'être une bête curieuse, aussi. Mais peut-être était-ce uniquement le cas chez les Muggles, ce sentiment de gêne ? Mouais, il y avait peu de chance...
La métamorphe avait essayé de se renseigner à la Bibliothèque, mais l'unique livre qu'elle avait pu lire ne traitait que des grandes lignes. Aislingh s'intéressait davantage aux coutumes, aux légendes propres aux Elfes... On en connait pas une race en apprenant par cœur ses caractéristiques, mais en comprenant leur cœur. une bien jolie phrase pour un prétexte.
Revenir en haut
Caëlya Lunaleïd
Hanimon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2011
Messages: 204
Race: Elfe sylvestre
Elève, assistante à l'Animalerie Fantastique
Points personnels: 200
en première année

MessagePosté le: Sam 7 Juin - 16:12 (2014)    Sujet du message: Un retour élégant Répondre en citant

Caëlya commençait à cerner un peu mieux le personnage d'Aislingh. Alors comme ça, c'était une métamorphe ! Bien sur, ce n'était pas l'appartenance à telle ou telle chimère qui définissait le caractère d'un individu -quoique il existait tant de clichés sur les Elfes par exemple..- mais cela faisait avancer la rencontre.

"Une métamorphe alors ? Alors c'est vraiment un bien que tu sois tombée sur Solia lors de ton arrivée, non ? C'est lui-même un métamorphe, ça a du te rassurer un peu, peu-être... Je sais peu de choses sur vous. Tu es née avec ce pouvoir ? ça ne devait pas être évident à gérer si tu es née dans le monde Muggle..."

C'était quelque chose que Caëlya ne pouvait qu'imaginer: un sentiment d'exclusion sans doute, lorsque l'on se découvre différent des gens qui nous entourent... L'Elfe avait grandit avec les siens, elle n'avait jamais eu l'occasion d'expérimenter cela. Cependant elle comprenait la curiosité naturelle d'Aislingh envers les gens. Finalement, elle eu bien l'impression que leurs caractères se ressemblaient.

"Je comprends bien ce que tu veux dire. Et je pense que tu vas trouver les gens d'autant plus intéressants à découvrir dans un monde chimères. Cela accentue pas mal de choses. Et quand à tes pouvoirs personnels, les cours vont t'aider à les développer, tu vas te voir avancer, c'est une sorte de belle aventure ! Et puis l'année est rythmée par toutes sortes d'événements pour encourager les gens à rester liés."

C'était ce qu'elle pensait réellement de l'Académie. Elle avait mis du temps à apprécier cela, car à son arrivée en ces lieux, au bout de son interminable voyage en solitaire, elle était très renfermée sur elle-même, timide, même assez sauvage. Peu à peu elle avait pris confiance, et au fil des rencontres, appris à aimer Bethseda. De sorte que même s'il lui arrivait encore de temps en temps de partir pour un petit voyage solitaire comme elle les aimait, elle finissait toujours par revenir au bout de quelques semaines. Caëlya sourit. Elle n'avait pas l'habitude de discuter aussi franchement avec une inconnue, mais cela lui faisait plaisir ! A croire qu'après une période aussi sombre, les gens étaient tous devenus des bisounours à la mode d'Hanimon, comme on les surnommait, en manque de contact social, de sourires, d'affection, et peut-être aussi un peu pour se faire pardonner d'un éventuel comportement de traitrise sous Samhain... Mais l'Elfe en vint à penser que si les deux hanimonniennes alliaient leur gout et leur curiosité pour les personnalités qui les entouraient, à elles deux elles pourraient bientôt largement remplacer la Fée Potins... Mais Caëlya trouvait assez dommage de mettre cet intérêt personnel au service du plus gros diffuseur de ragots de la ville... Et puis, si elles étaient découvertes, elles se mettraient vite une bonne partie des élèves à dos.
Aislingh guida la conversation d'une question qui effectivement semblait un peu cliché, mais il fallait parfois passer par là pour faire connaissance !

"Haha ne t'en fais pas pour les clichés ! Mes gouts ? Et bien, j'aime la forêt, le miel, et faire la fête ! Haha mais je ne sais pas vraiment si ça t'avances beaucoup ! Au niveau des cours, je trouve la pratique très intéressante, le fait qu'on puisse faire les choses nous-mêmes... J'ai assisté aux cours de combat, de magie élémentaire, d'alchimie... Pas mal de choses finalement. Mais celui que j'ai préféré reste celui de chamanisme je pense. Tiens, je vais te donner un exemple concret !"

L'Elfe fouilla dans son sac et en sorti un briquet, ainsi que deux petites bourses en tissu contenant des poudres différentes. Elle alluma brièvement un petit feu avec quelques brindilles, ajouta les deux échantillons de poudre, puis de l'encens, et récita à voix basse une incantation. Presque instantanément, une poudre dorée très fine sembla émerger des flammes, et flotta en l'air pour constituer peu à peu une forme: celle d'un grand hibou. Celui-ci déploya ses ailes, et alors qu'il prenait ses couleurs naturelles, brun moucheté, la poussière dorée s'évanouit. Le Hibou se posa à terre et fixa Aislinh de ses grands yeux dorés. Caëlya s'expliqua.

"Le premier cours de chamanisme consistait à nous faire découvrir notre Gardien protecteur. La plupart d'entre nous ne soupçonnaient même pas son existence. En réalité, chacun en possède un, qui veille sur nous depuis notre naissance et prend une forme particulière, selon le passé de l'individu ou son caractère. Le mien, c'est un Hibou."

L'Elfe se pencha à nouveau sur son sac, et fouilla quelques secondes avant d'en sortir une pipe en bois d'un brun foncé. Elle l'alluma grâce au briquet, et la tendit au Hibou. L'esprit la saisit d'une serre, et l'amena à son bec, avant d'inspirer lentement. Quelques secondes s'écoulèrent avant qu'une fumée bleuâtre ne s'échappe de son bec et se disperse dans l'air.

"...Un Hibou toxicomane. Ne me demande pas pourquoi, je n'en sais rien... Et je ne vois aucun lien, ni avec mon passé, ni avec mon caractère !"
Revenir en haut
Aislingh
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 10 Juin - 18:36 (2014)    Sujet du message: Un retour élégant Répondre en citant

Aislingh regarda d'un air perplexe la jeune fille qui fouillait dans son sac, en sortant quelques objets. Après avoir formé deux petit tas, elle mit le feu à l'un d'eux, sous le regard perplexe de la métamorphe, avant de réciter ce qui semblait être une incantation. N'importe qui passant par là aurait prit la brunette pour une cinglée... Une pyromane aux oreilles pointues, voilà qui n'est pas commun.

Les pensées légèrement railleuses prirent automatiquement fin lorsqu'une silhouette dorée prit la forme d'un grand hibou. Ahurie, la métamorphe fixa l'oiseau comme si c'était un fantôme (et, d'ailleurs, c'était presque le cas) légèrement secouée. Oh, ce n'était pas le choc - elle n'était pas du genre à paniquer pour si peu - mais plutôt par rapport aux explications de Caëlya. Aislingh avait toujours considéré le chamanisme comme du mysticisme sans effets (au même titre que d'autres transes, découverte du moi intérieur, etc) mais avoir une preuve concrète, sous les yeux...
Aislingh avait précisé un peu plus tôt, suite à la question de l'elfe, qu'elle n'était pas née avec ses pouvoirs, mais qu'elle les avait découvert, il y a un an de cela. Sans préciser dans quelles circonstances, bien entendu... Mais pour le coup, elle aurait aimé naître à Beth, histoire de ne pas avoir l'air estomaquée devant n'importe quelle démonstration.


"Wah ! Heu, je vous dire.. C'est génial ! Comment c'est possible ? On en a tous un ? Comment on fait ? Ha et... Kimaéri, messire le Gardien. "

Suite a cette salutation qui aurait tôt fait de la classer dans la catégorie "Timbrée" de toute personne normale, la métamorphe fit mine de lever la main vers le hibou, avant de se raviser aussitôt : L'animal n'était pas une peluche, mais un esprit protecteur. Pas forcément le genre bisou-calin, en fait. Et puis, peut-on sérieusement approcha un hibou qui fume la pipe ?
Quoi qu'il en soit, la découverte d'un gardien spirituel ébranlait les convictions de la jeune fille. Au même titre que, pour elle, Dieu n'existait pas, les anges gardiens ou la bonne étoile n'étaient que des superstitions muggles visant à justifier un coup de chance, ou bien l'instinct.
Hé bien, cet instinct, ou alors ces coups de chances, étaient dû au gardien protecteur de tout être... D'un côté, la jeune fille mourrait d'envie de voir son propre Gardien (et de taper la discute par la même occasion...) mais d'un autre côté, elle en avait un peu peur... Si "il" l'accompagnait depuis sa naissance, il savait tout d'elle. Et ça, ce n'était pas pour rassurer la métamorphe. Elle n'était pas spécialement secrète - à part sur quelques éléments de son passé - mais détestait que quelqu'un sache tout d'elle, la connaisse par cœur. Le sentiment de vulnérabilité en était trop fort...

*Mais un esprit protecteur sous forme animal ! Ca, c'est de la bizarrerie magique. Dans le sens positif du terme, bien sûr...*


"Et tu connais l'animal protecteur des autres élèves ? On peut communiquer avec notre Gardien, du coup... Il peut nous aider dans quels domaines ? Et ça se passe comment les cours de Chamanisme ? Il y en a un, de prévu ?"

Aislingh continua sur sa lancée, espérant ne pas noyer l'Hanimoniènne sous le flot de ses questions. Lors d'une nouvelle rencontre ou lorsque sa curiosité était piquée, elle était toujours comme ça : Bavarde.
Revenir en haut
Caëlya Lunaleïd
Hanimon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2011
Messages: 204
Race: Elfe sylvestre
Elève, assistante à l'Animalerie Fantastique
Points personnels: 200
en première année

MessagePosté le: Ven 13 Juin - 01:27 (2014)    Sujet du message: Un retour élégant Répondre en citant

L'Elfe était plutôt satisfaite d'avoir réussi à éveiller un peu plus la curiosité d'Aislingh sur un domaine qui lui tenait à coeur. Elle se pencha pour ramasser le matériel qui lui avait été utile pour l'invocation, pour expliqua:

"Notre professeur de chamanisme est M. Luka Aquila Montem. Il a consacré l'un de ses cours à la découverte de notre esprit protecteur. Chaque élève a pu apprendre à invoquer le sien. Et pour ceux qui développent le lien qu'ils entretiennent, ils peuvent communiquer plus facilement, et ainsi être guidés plus clairement, dans certains moments."

Le Hibou tourna ses yeux vers Aislingh et l'observa, de ses deux grands iris jaunes. Le Hibou était, selon leur professeur, un animal représentant la sagesse. Caëlya avait appris à ses dépends que son gardien incarnait une forme très personnalisée de la sagesse... Doté d'une forte personnalité, voire même plusieurs, selon les dires de l'Elfe, l'oiseau était d'un naturel assez cynique. Lorsque Caëlya évoluait en société, il ne pouvait s'empêcher de critiquer tout ce à quoi il assistait au travers de ses yeux. En rendant bien sur la plupart du temps tous ses commentaires audibles à sa protégée... De quoi filer de bien belles migraines. Cependant, lorsque l'Elfe et lui se retrouvaient réellement seul à seule, l'oiseau s'avérait être un esprit de très bon conseil, doté d'un savoir qui semblait être sans limites, et d'un jugement empli de sagesse... En dehors de ces moments, il restait tout de même un esprit qui adorait sa tranquillité, et qui le faisait clairement savoir.
D'un mouvement souple, il porta l'un de ses serres à sa pipe pour lui permettre de laisser échapper une nouvelle bouffée de fumée, et s'exprima d'une voix grave.

"Mes salutations, chère Aislingh. Pour vous répondre, non, nous ne sommes pas capables de deviner avec certitude l'identité du gardien des personnes extérieures. Cependant, nous pouvons parfois relever quelques indices. Dans votre cas, je ressens une certaine proximité entre vous et un animal particulier, le loup. J'ignore cependant s'il s'agit là de votre esprit protecteur, ou d'un trait lié à votre caractère de métamorphe... Je le sens cependant emprunt de souvenirs bien sombres... Mais rassurez-vous, je n'irai pas fouiller dans votre mémoire pour en deviner le contenu, ce ne sont pas là mes manières..."

Caëlya haussa les sourcils, étonnée de voir la politesse dont il faisait preuve à l'égard d'Aislingh. Il ne devait décidément pas la détester... Car l'apprécier, dans son cas, aurait été un bien grand mot. Cependant, elle n'aimait pas lorsque le Hibou se livrait à ces petits jeux de devinettes, qui avaient souvent le don de rendre mal à l'aise. L'Elfe riposta d'une voix plus sèche.

"Arrêtez, vous allez la mettre mal à l'aise."
Revenir en haut
Aislingh
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 20 Juin - 12:55 (2014)    Sujet du message: Un retour élégant Répondre en citant

Tiens, et le hibou parlait !
*Evidemment, qu’il parle. *

Pour un hibou muggle, ce n’était certes pas normal, mais pour un Esprit ça restait dans l’ordre du logique. Cependant, l’Hanimoniènne s’attendait à un contact plus privilégié, exclusif peut-être. L’idée que son Esprit Gardien soit potentiellement farceur et aille discutailler avec n’importe qui n’était pas pour rassurer la jeune fille…
Peut-être que d’un autre côté, elle avait juste un gardien dépressif, morose, et acariâtre.

Mais lorsque l’Esprit parla de sa proximité avec le loup, elle se crispa, soudainement sur la défensive. La perspective que quelqu’un puisse lire dans son passé, et donc par là le répéter à une tierce personne, était effrayante… Pour une fille qui n’aimait pas le mensonge, elle avait pas mal de secrets. Foutus paradoxes.
Bien qu’elle soit à la Maison de l’Ange, Aislingh se savait légèrement… sadique ? sur les bords. Peut-être était-ce un trait commun aux métamorphes ; cette capacité à ressentir de vives émotions, un peu comme un animal soumis à ses pulsions.


« Hé bien, vous n’êtes pas très loin de la vérité… On peut dire que j’ai une sorte de connexion avec les chien-loup (je ne sais pas si ils se rapprochent davantage des chiens ou des loups d’ailleurs) c’est… mon animal favori. »
*Super excuse.*
« Plus sérieusement, j’avais un chien comme ça, quand j’étais gamine…»
*Fait gaffe à pas t'embourber dans tes justifications.*
« … Mais bon, il se faisait vieux... Je l’aimais beaucoup. Et merci pour votre discrétion vis-à-vis de de mon passé. »

Ce n'était pas la vérité, mais seulement un demi-mensonge. Le chien-loup en question appartenait à ses voisins, mais est effectivement mort, et vouait auparavant une grande affection à la métamorphe en devenir. Peut-être sentait-il ce genre de chose, grâce à un instinct canin... ?
Quoi qu’il en soit, Aislingh était songeuse. Elle n’y avait pas pensé un seul instant, mais en effet, si justement le chien-loup était son Esprit personnel ? Super ironie du sort, en tout cas. La chance personnifiée.
Il faudrait qu’elle fasse le devoir de rattrapage de Chamanisme, histoire d’en apprendre plus, l’air de rien. Il était hors de question qu'elle fasse un faux-pas à cause de son manque de connaissances.


« Bref ! » s’exclama la jeune fille, brisant le silence soudain. « Ca doit être sympa la cohabitation entre vous… Ne t’inquiète pas, ca ne m’a pas gênée, ça m’a seulement fait revenir en arrière, avant que je ne vienne sur Beth. Tu as toujours vécu sur … euh, ce plan astral ? Ou tu viens d’un monde muggle, magique… ? J’ai appris récemment qu’il y avait une multitude d’univers, rien de très étonnant à bien y réfléchir, mais ça donne un peu le tournis quand on y pense… La quantité de civilisations doit être impressionnante, avec toutes les coutumes, qui existent ! Déjà qu’avec toutes les nouveautés de Beth, j’ai parfois du mal… »

Aislingh baissa la voix, comme si elle avait dit une énormité. Pour le coup, elle avait encore une multitude de choses à demander, mais le tout dépendrait de Caëlya, et son envie à discutailler… Elle se sentait bien avec cette jeune elfe, en accord presque parfait avec sa personnalité… A priori, les deux jeunes filles étaient faites pour s’entendre !
Revenir en haut
Caëlya Lunaleïd
Hanimon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2011
Messages: 204
Race: Elfe sylvestre
Elève, assistante à l'Animalerie Fantastique
Points personnels: 200
en première année

MessagePosté le: Dim 22 Juin - 01:49 (2014)    Sujet du message: Un retour élégant Répondre en citant

Caëlya vit Aislingh se crisper face aux interrogations de son Hibou. Cela la mettait également mal à l’aise, elle se rendit compte qu’il aurait été plus sage de ne pas l’invoquer tout de suite. Maître Hibou le ressentit. Il n’avait pas quitté la jeune métamorphe des yeux, n’avait pas cillé du regard. Il ne croyait pas vraiment en ses explications. Mais il ne jugea pas nécessaire de tendre l’atmosphère davantage. Il ne croyait pas à ses explications, cependant, il les accepta. Il se refusa à enquêter davantage sur la jeune fille. Il percevait une part particulièrement sombre au fond d’elle, mais il n’irait pas en rechercher l’origine. Elle paraissait sympathique, et Caëlya pouvait sans doute lui faire confiance. Ses pensées se confirmèrent en partie lorsqu’Aislingh le remercia pour sa discrétion au sujet de son passé. Cette jeune fille avait donc quelques secrets à cacher, ou souvenirs à oublier. Mais il avait décidé d’être courtois aujourd’hui.

« Ne me remerciez pas, mon rôle n’est pas de sonder l’esprit des gens pour en découvrir le contenu, et surement pas pour ensuite le répéter à tout va. Cependant, en tant que gardien, je dois être en mesure de m’assurer de certaines choses, pour protéger… la petite écervelée que vous avez pu rencontrer aujourd’hui. A qui je m’efforce d’apprendre davantage la méfiance vis-à-vis de certaines gens. Car il est beau de croire encore en la vertu des individus ici bas, mais il faut savoir en accepter les limites. Sur ce… »

Il laissa échapper une nouvelle bouffée de fumée, puis décolla du sol lentement, tout en regardant les deux filles.

« … Vivez pleinement, folle jeunesse ! »

Après avoir prononcé ces mots, il implosa puis se dispersa dans un nuage de poussière dorée et de tabac odorant. L’odeur du tabac ne manqua pas de leur rentrer dans le nez, jusqu’à leur en piquer la gorge. Caëlya y était habituée, mais Aislingh ne devait sans doute pas trouver cela très agréable. Elle tenta de masquer sa gêne, puis s’excusa :

« Je suis désolée, ce n’était peut-être pas très malin de ma part de l’appeler. Il est rarement agréable avec des personnes extérieures… Et encore, aujourd’hui il était plutôt dans l’un de ses bons jours… ! »

…essaya de se convaincre Caëlya avec un petit sourire. Elle eut un peu peur que la conversation ne s’arrête ici, mais Ainslingh se pencha sur un autre sujet. Comment lui expliquer ses origines, sans trop l’embrouiller ou la déprimer… ? Elle tenta de s’appliquer :

« Pour ma part, je viens d’un grand village elfique, situé loin au nord de Beth. C’était un village magnifique, perché haut dans les arbres, je suis une elfe sylvestre. En rencontrant un peu d’autres elfes venus d’autres villages, j’ai pu m’apercevoir que nous étions sans doute chez moi… Disons… Les moins sages des elfes qui soient, hahaha ! Ainsi nous nous éloignons des clichés que l’on puisse avoir sur nous… Nous ne sommes pas des elfes à la peau blanche très claire, calmes, et posés. Certes nous avons chez nous de grands sages, bien sur, et nous tenions à garder une certaine élégance lorsqu’il nous arrivait de croiser nos semblables d’autres villages, ou d’autres chimères. Mais quiconque était de mon village savait que notre particularité principale, chez nous, étaient les fêtes sans fin qui avaient lieu régulièrement. Le moindre petit événement donnait une nouvelle raison de faire une énorme fête de quartier ! J’y ai passé des moments inoubliables. La plupart d’entre nous sont très attachés au chant, à la musique, à la danse… Tout ce qui relève du spectacle en quelques sortes. C’est dans ce monde là que j’ai grandit. Je ne dis pas que notre peuple était sans problèmes. Il avait comme tous des frontières à surveiller, des criminels, mais pas en grand nombre. Et il a su conserver une paix stable. Et ce, je pense, grâce à une politique bien équilibrée. Mon village était divisé en quartiers de tailles différentes. Chaque quartier élisait un représentant, qui serait membre d’une assemblée, à l’origine des décisions les plus importantes. »

Elle arrêta son récit un instant, cherchant la formulation la plus douce possible pour évoquer la suite de son histoire.

« Mais notre précieux équilibre fut renversé par un événement aussi violent qu’inattendu… Alors que les membres de notre assemblée s’étaient réunis une nuit pour une prise de décision importante, ils furent tous assassinés, ensembles. Sauf un. Personne ne l’a jamais revu. Nous avons rapidement soupçonné une trahison, un complot. Une vive méfiance s’est installée parmi les habitants. Chacun pouvait soupçonner son propre voisin de faire partie d’un complot secret, c’était une véritable folie… Mais quelques jours après cet événement, une magie très sombre a plongé tout le village dans une sorte de paralysie. Quiconque voulait s’enfuir était tué. Ma mère m’a cachée, pendant des années, avec des amis de notre famille. Et alors qu’une guerre civile menaçait d’exploser, un soir, elle a réussi à me faire échapper. Nous avons été séparées à ce moment-là. »

Caëlya fit une nouvelle pause. Elle n’était pas rentrée dans les détails, n’avait pas mentionné que sa mère l’avait hypnotisée afin qu’elle plonge dans le sommeil, à l’aide d’une flûte dont elle avait aujourd’hui la possession. Cela afin de rester cachées pendant plusieurs années dans le silence, pour ne pas être découvertes et tuées par la force inconnue qui hantait le village et prenait possession de l’esprit de ses habitants. L’hypnose avait eu pour effet de la plonger dans une sorte de coma, qui avait par la même occasion stoppé toute évolution de son corps. Comme une existence sur pause. Aujourd’hui encore, la jeune elfe en gardait des séquelles : elle ne connaissait pas son âge exact, et son corps se remettait peu à peu de cette période, en changeant rapidement. Ainsi, au cours de ses derniers mois à Beth, Caëlya avait beaucoup grandi. Physiquement, elle paraissait jeune pour une elfe. Mais l’on pouvait deviner, à son regard parfois fatigué, que le chemin de son existence avait été barré d’épisodes violents, conduisant une elfe alors toute jeune, à grandir très rapidement, au sens propre comme au figuré. Elle eut un sourire un peu triste et se tourna à nouveau vers Aislingh.

« Beaucoup d’élèves de cette académie arrivent ici en quête d’un refuge, soit refusés par le monde Muggle, soit trainant derrière eux des histoires peu joyeuses... Voici la mienne. Rares sont ceux qui peuvent se vanter d’être arrivés ici dans des circonstances paisibles, je pense. Après ça, j’ai voyagé toute seule durant un moment. Et j’ai trouvé l’académie, à mon tour. Je suis ici en sécurité, je peux étudier la magie, m’améliorer, découvrir. Et j’espère un jour pouvoir retourner chez moi, lorsque je serais assez forte, pour éclaircir la situation. Car après tant d’années, avec tous les souvenirs que j’ai en tête, le pire n’est pas simplement le fait d’avoir perdu beaucoup d’être chers… Le pire est sans doute l’incompréhension qui flotte autour de toutes ces pertes. J’étais trop jeune pour comprendre. »

Consciente d’avoir réellement plombé l’ambiance de la conversation, elle releva la tête et afficha un sourire un peu gêné.

« Désolée si je te fais un peu déprimer, il fait beau aujourd’hui tu ne trouves pas ? »

Elle rit doucement, et observa discrètement les alentours. De là où les deux hanimoniennes étaient assises, elles pouvaient voir de plus ou moins loin les différentes boutiques de la ville. Le regard de l’Elfe s’attarda particulièrement sur le Cabinet des Merveilles. Discrètement, elle observa l’intérieur. Sa vue relativement perçante pour ce qui est de discerner des détails dans le lointain –merci les origines elfiques !- lui permis de voir le comptoir, vide. Voilà qui allait rallonger la liste de ses principaux soucis du moment. Depuis le départ de Samhain, depuis qu’elle avait repris conscience, elle n’avait pas cessé de s’inquiéter à son sujet… Maintenant qu’elle était revenue, elle voulait le retrouver.
Mais pour l’instant, elle détourna la tête, sans expression particulière, pour ne pas qu’Aislingh ne devine tout de suite ce qui la perturbait. Elle avait vu son regard malicieux un peu plus tôt, et vu qu’elle connaissait Solia…
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:02 (2017)    Sujet du message: Un retour élégant

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    W.A.N.D. Academy Index du Forum -> La Ville de Bethseda -> La Place principale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com